• Les Métrorragies et Ses Règles

    Les Métrorragie (al-istihada)

    Il s'agit de la poursuite de l'écoulement du sang et de son afflux en dehors du cycle menstruel de la femme.

    Les Règles Inhérentes À La Femme Atteinte De Métrorragies

     La femme atteinte de métrorragies est soumise à un certain nombre de règles, que l'on peut résumer ainsi:

    1. Elle ne doit faire ses ablutions majeures, pour la prière et pour toute autre obligation prescrite en un temps imparti, qu'une seule fois, au moment où s'arrêtent ses mentrues. C'est là l'opinion par les savants anciens et contemporains.
    2. Elle est tenue de faire ses ablutions mineures pour chaque prières, en vertu du hadith du Prophète, sala'alayi wa salam, dans la version d'Al-Bukhari qui dit "Ensuite fais tes ablutions pour chaques prières". Selon Malik, ses ablutions mineures pour chaque prières relèvent de la recommandation et non de l'obligation. Seule une perte de son état de purification mineure rend ses ablutions mineures obligatoires.
    3. Elle est tenue de laver son vagin avant de faire ses ablutions mineures et d'y appliquer un tampon pour se débarrasser de la souillure ou pour l'en faire diminuer. Si le flux de sang ne s'arrête pas, elle appliquera un tissus sur ses parties génitales et l'attachera comme un garrot. Cela n'est pas obligatoire mais préférable.
    4. Elle ne doit pas faire ses ablutions mineures avant l'entrée du temps imparti à la prière, et ce de l'avis de la plupart des savants, car du moment que sa purification est indispensable, elle ne doit pas l'avancer avant son temps imparti.
    5. Il est permis à l'époux d'une femme qui se trouve dans une telle situation de pratique le coït avec elle, de l'avis de la majorité des savants, car il n'y a aucune preuve qui interdit cela. Ibn 'Abbas a dit "Celle qui est atteinte de métrorragies peut autoriser son époux à venir à elle (pour des relations sexuelles), une fois qu'elle peut prier, car la prière est plus importante que cela". Il faut entendre par ces paroles que s'il lui est permis de prier bien que son sang s'écoule encore, ce qui est la chose la plus importante pour laquelle la purification est exigée, il est donc permis d'avoir des relations sexuelles avec elle. Dans cette optique, 'Ikrima rapporte d'après Hamna Bint Jahsh que son époux avait des relations sexuelles avec elle alors qu'elle était atteinte de métrorragies.
    6. Elle est soumise aux même règles que les femmes purifiées, c'est à dire qu'elle peut prier, jeûner, faire des retraite spirituelles dans la mosquée, lire le coran, le toucher, le porter; bref, faire tous les actes d'adorations. L'unanimité des savants est établie à ce sujet.

  • Commentaires

    1
    bananae
    Mercredi 13 Mars 2013 à 18:36

    c'est dingue mais il est de notoriété publique que le prophète Mahomet était en fait un homme qui vivait dans une luxure honteuse. A vouloir mairer les jueunes filles AVANT LEURS PREMIERES REGLES. Pendant la période PRE-PUBERE...C'est pas lui aussi qui dit oui à la polygamie ? Les harams avec les danseuses du ventre , et après, il vient faire chier avec la pureté rituelle et FEMININE surtout ? C'est une honte que de mettre la pureté de son âme dans un Livre écrit par un homme aussi scandaleux...une honte. Et un danger certain.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :